Comment vous réconcilier avec une personne sacrément fâchée?

Spread the love

Vous ne comprenez pas pourquoi votre ami·e, votre sœur ne vous adresse plus la parole?

Vous avez le cœur serré lorsque vous y pensez?

Un brin de culpabilité vous prend à la gorge et vous tentez de penser à autre chose?

Vous êtes vous aussi fâché·e?

Voici 3 actions (3 articles différents) à mettre en place pour reprendre contact.

Dans ce premier article, nous allons voir 3 questions auxquelles répondre avant d’entamer un rapprochement.

Mettez vos idées au clair avec 3 questions

Première question

Ai-je envie que cette personne continue à faire partie de ma vie ?

Si la réponse est non : à bientôt pour un prochain article !

Si la réponse est oui

Vous allez adopter une démarche proactive, vous allez prendre la responsabilité de cette relation à 100%.

Vous vous imaginiez peut-être du 50/50?

« L’autre fait la moitié du chemin et moi si les étoiles sont alignées et que je suis d’excellente humeur, ce jour-là, je ferai l’autre moitié « 

Cessez de vous représenter les relations ainsi ! Si vous souhaitez qu’une personne fasse partie de votre vie, alors faite : le maximum et plus pour que ce soit le cas !

100% responsable ?

Il y a une façon simple de savoir ce qu’être à 100% responsable de la relation signifie, en fonction du type de relation (ce n’est pas pareil de séduire, que d’entretenir des relations sorores).

Il vous faut réfléchir à une relation idéale (vous pouvez vous inspirer de livres, de films).

Ensuite, vous imaginez ce qui permet ce type de relations:

  • les détails,
  • la fréquence,
  • l’attention à l’autre,
  • la manière de montrer l’importance de l’autre dans sa vie
  • la résolution des conflits,
  • l’accompagnement lors des moments importants de la vie de chacun

À vous de mettre en oeuvre (progressivement) ce qui nourrit des relations sincères.

L’autre peut être sourd à vos appels, à votre envie, et il faudra à un moment savoir renoncer.

Nous allons voir, par la suite, comment respecter un non, tout en se sentant libéré du remords.

Deuxième question

À ma connaissance, ai-je causé du tort à cette personne?

Si la réponse est non, passez directement à la troisième question.

Si la réponse est oui

Cela va orienter votre action, vous allez commencer par vous excuser !

SANS vous justifier !

À ne pas dire :

« Je suis sincèrement désolé·e de t’avoir insulté, mais j’étais dans un moment difficile »

Vous pouvez le remplacer par :

« Je suis désolé·e pour toutes ces insultes, je ne les pensais pas  »

Vous allez prendre en compte l’autre son ressenti par rapport à vos actes.

« j’espère que tu pourras me pardonner ».

Vous avez affaire à une personne vraiment fâchée et vous êtes en tort.

Vos  excuses doivent montrer que vous prenez la pleine responsabilité du problème entre vous.

Vous ne devez pas chercher à vous justifier des ignominies prononcées, vous reconnaissez et assumez le fait que vous avez été ignoble. C’était bien vous et non pas votre double maléfique.

En reconnaissant la pleine responsabilité de vos actes, votre interlocuteur peut être surpris et touché par cette mise en veilleuse de votre ego.

Présenter des excuses se fait en espérant que l’autre les accepte, s’il a besoin de comprendre, il saura vous demander des explications.

Troisième question

Est-ce que j’en veux à cette personne ?

Si la réponse est non, RDV en fin d’article.

Si la réponse est oui

Quel est le problème de fond qui se cache sous le motif d’éloignement? En général on reproche aux autres des traits de caractère des comportements qui ne sont pas adaptés par rapport à nous.

Nous allons inverser le problème… Pourquoi ces comportements  vous posent-ils problème ?

Verbalisez, ou écrivez pourquoi ces comportements, ces propos vous posent problème.

Par exemple, vous en voulez à l’autre de ne pas faire l’effort de vous appeler, de prendre de vos nouvelles.

Nous allons réfléchir ensemble sur ce que cela signifie. Vous avez peur, il n’y a pas pire que l’indifférence, la peur de ne pas/plus être aimé est probablement à l’origine de votre ressenti. Vrai ?

Travaillez sur vous pas sur l’autre!

Maintenant, vous le savez, c’est à vous de travailler sur vos pensées. Vous êtes digne d’être aimé et l’indifférence ou le manque d’attention d’une personne ne doit pas vous fragiliser à ce point.

Rappelez-vous aussi que la seule personne que vous pouvez changer c’est vous. L’autre est trop ceci, fait trop cela ? La solution : changer votre réponse à son comportement, changer votre manière de réagir.

Vous allez pouvoir tester différents comportements, réactions et propos pour ne plus être affecté·e par son comportement.

C’est vous qui choisissez votre réaction face à une situation.

Au départ, vous êtes mené·e par le bout du nez par l’affect, les sentiments. La prise de conscience de ces ressentis va vous aider à choisir votre réaction face à un comportement.

Nous verrons par la suite comment ne pas s’emballer…

Remarquez l’importance de la première question, si vous n’êtes pas sûre de vouloir entretenir une relation avec une personne, vous ne trouverez pas la motivation pour agir ainsi.

Maintenant, répondez honnêtement aux 3 questions. C’est fait ?

Pour découvrir l’action suivante 

Abonnez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *