Ne soyez pas une contre-façon !

Spread the love

Vous connaissez les raccourcis clavier ctrl C et ctrl V ? C’est une manière simplifiée de copier/coller, du rapide, du propre … Cette combinaison de 3 touches est une belle image du problème qui anime la plupart d’entre nous !

Si encore, on s’en tenait à un usage réservé au traitement texte, à la citation d’auteurs inspirants… Mais non, notre manie de copier-coller va bien plus loin et transforme la plupart d’entre nous en des contrefaçons (que d’autres appel : des zombies, des morts vivants).

La majorité des gens copie absolument tout (en conscience ?) : un style vestimentaire, une voiture, un job, un livre, une personne.

Le mimétisme est un processus fondamental de l’apprentissage, de même faire comme les autres peut être interprété comme un signe d’intelligence, et d’adaptation sociale. Mais dans cet article on ne parle pas de situations de survies, mais plutôt de situation de compétitions asservissantes. On parle d’objets, de vêtements, d’abonnements, de bijoux, de sortie, de voyages, de voitures, de soirées, de maisons, d’appartements, de barbecues, de piscines, de soirée foot, de séances de sports dont vous avez « profité » ou fait l’acquisition en vous disant :

« Je fais comme un·e tel·le »

« Je fais mieux qu’un·e tel·le… »

Ou encore :

Si un tel le fait pourquoi pas moi ? Ça semble une bonne idée, ça a l’air d’améliorer son image, les gens l’admirent. Je le veux aussi !!!

Mais aussi :

Ah ça ! Ça va leur clouer le bec. Ils en seront tou·tes jalou·ses·x !

Alors le pourquoi du comment ne sera pas le sujet, la jalousie et ses mécanismes sont des sujets compliqués. Le problème de ces comportements, c’est qu’à chaque fois vous en espérez, une sensation de bien-être, une récompense.

NB : Peut-être une petite libération de dopamine (je soupçonne la jalousie de fonctionner comme une drogue, mais ça n’engage que moi).

Cette récompense malheureusement ne vous apporte qu’un plaisir de très court terme, l’acquisition, la réalisation d’une action qui semblaient rendre heureux les personnes que vous avez copiées, ne vous apporte pas un plaisir à long terme, et il est tout le temps remplacé par un autre sujet de jalousie ….

Bref comment casser cette boucle infernale !

MEP (Mis en pratique)

Lutter contre l’achat impulsif

Malheureusement, les placards et les intérieurs de mes clients sont remplis d’objets inertes, qui ont souvent fini là, parce que ce n’était pas leur projet, ce n’était pas l’aboutissement d’une démarche d’une réflexion, mais une tentation d’appropriation du plaisir d’un autre.

Prenez votre Auto-scan (un outil ultra-efficace) , à chaque fois que vous voulez acheter un objet, quelle que soit sa valeur! Si vous n’avez pas votre Auto-scan sur vous, ce n’est pas grave, vous ouvrez une note sur votre téléphone. Vous intitulez la page ou la note :

Un achat ? Ou pas ?

Nom de l’objet / date d’envie

Qui dans votre entourage a ceci/cela, ou fait ceci cela ?

Pour quoi faire ?

Avez-vous déjà quelque chose qui fait le job, ou une solution gratuite équivalente ?

Une fois remplie attendez une semaine… et décidez calmement soit d’acheter, soit de tourner la page …

Identifier ce qui est important

Vos amis, vos collègues partent en vacances dans tel ou tel pays, vont à un concert, décident de faire du sport. Ça vous inspire… Vous trouvez que c’est super… Bien, alors on reprend son Auto-scan, on note l’idée. On passe une ligne.

Pourquoi est-ce important pour moi ?

Je rappelle que personne d’autre que vous ne doit lire cet Autoscan. Il n’est pas question d’y briller, ni de se mettre en avant, ni d’y être humble. Il est juste question d’écrire sans jugement absolument tout ce qui vous attire dans l’activité des autres. Vous devez vous poser 5 fois la question du pourquoi.

Normalement à la fin quand vous avez 5 réponses vous avez pour chaque point la possibilité de vérifier qu’une autre activité, un autre centre d’intérêt, une autre sortie, ou pas de sortie ne serait pas plus adaptés à vos besoins, à vos valeurs, à votre personnalité.

Vous pouvez lister les avantages et faire travailler votre imagination pour vous accorder à vous même une bonne idée !

Se débarrasser de la culpabilité

Lorsque vous vous apercevez que vous imitez, copiez quelqu’un·e que son prénom revient souvent dans vos sources d’inspirations. Ouvrez une page, notez son prénom.

Vous allez écrire :

Je me sens coupable vis-à-vis de … de …

Je me sens coupable vis-à-vis de … de …

Je me sens coupable vis-à-vis de … de …

Je me sens coupable vis-à-vis de … de …

Je me sens coupable vis-à-vis de … de …

J’ai peur par rapport à … de

J’ai peur par rapport à … de

J’ai peur par rapport à … de

J’ai peur par rapport à … de

J’ai peur par rapport à … de

Ces dix phrases vont vous permettre une franchise avec vous même.

La culpabilité et les craintes sont dans les relations très malsaines. La personne A qui se sent coupable rejette sur l’autre (personne B) sa culpabilité. A tente pour ne pas disjoncter de se justifier à elle même son attitude, A se trouve des raisons et va trouver dans le comportement de B des excuses à son propre comportement. A culpabilise, essaie de manipuler, la relation, le réel pour inverser la situation. A finit par en vouloir à B vis-à-vis de qui elle pense avoir commis une faute. Et A cherche à montrer à B qu’elle aussi elle a ceci, cela, a eu l’idée de … En fait A légitime son comportement, mais elle oublie que B n’est pas elle, que B tout comme A est unique. A se comporte et traite B comme un objet qui lui permet de se débarrasser de son mal-être. A copie B, puis rejette B. Ce processus passe par une forme de violence, A ne peut plus supporter B. B représente l’original qu’elle a imité et pire B garde une marge de manœuvre. B ne peut être réduit. A a toujours peur que B ait une idée, un objet qu’elle ne puisse pas copier.

A entretient une relation avec B, qui a une sensibilité et une vison différentes du monde. Pourtant elle reproche à B, des traits de caractère qu’elle lui a inventés, et qui expliquent son mal-être. B si elle est bien dans ces baskets s’éloignera, sans même y réfléchir. A pourra prendre cette décision également, mais pas pour les bonnes raisons, et elle reproduira l’erreur avec une personne C.

Si vous êtes la personne A, en listant culpabilité et peur, vous sortez du cercle de violence que vous exercez sur B.

Vous la libérez : soit vous êtes désolée et vous ressentez le mal que vous avez pu faire à votre relation avec B et donc à B. Vous lui faites part de vos 10 phrases et vous vous excusez.

Soit vous coupez les ponts pour ne pas vous enfoncer dans le mensonge envers vous-même qui en plus cause du tort à B.

Cette dernière solution vous permet de passer à autre chose, elle n’est pas forcément adaptée. Mais parfois il faut avancer et au moins vous faites ce choix en conscience et dans l’intérêt de B.

Il n’y a qu’une seule vie et c’est celle-ci. Ce serait dommage de la passer à imiter celle des autres.

Je change !
Pour ne rater aucune nouvelle technique
 ABONNEZ-VOUS 
Aucun abus, que du contenu de qualité pour vous améliorer.

2 Comments

  1. anaverbaniablog

    Intéressant. Cela donne à réfléchir…

    Répondre
    1. Mathilde C.

      Merci 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *